Combien ça coute (pour de vrai !)

On a tous besoin d’argent pour vivre décemment, je trouve donc important de vous en parler dans le cadre de l’entreprenariat.


Je reçois encore parfois ce genre de message mais heureusement, de moins en moins. J’ai aussi appris à mieux cibler mon public.

Je crois que c’est la pire réflexion qu’on peut faire à propos de mon travail! Vous pouvez bien trouver mes articles moches, inutiles ou sans intérêt ça me touchera moins que de dire que mon travail ne vaut pas ce que j’en demande.

J’avoue faire partie de ces gens un peu trop sensibles qui, quand ils entendent ce genre de critiques, le vivent mal.

Vous me direz que ça ne sert à rien de me mettre la rate au court-bouillon, il y aura toujours des mécontents, mais moi je suis consciente des efforts nécessaires pour vivre de l’artisanat.




Le juste prix


Quand j’ai commencé à vendre mes créations, je fixais mes prix un peu à la louche et je finissais toujours avec des pertes ou, au mieux, un micro salaire.

Je n’y connaissais rien et j’ai donc décidé de me former.

J’ai donc toqué à la porte de Mélanie Jung des Pies Bavardes (aucun sponsor ici 🙂) et je me suis prise une claque salvatrice !

Il y a beaucoup de choses dont je n’avais pas conscience comme le coût du travail en France, les charges auxquelles j’allais devoir faire face, les imprévus...

Mais aussi que mon travail a de la valeur, que de vivre de mon entreprise c’est possible et que je ne devais pas brader mon travail!

J’ai tout recalculé.

Les négociations avec mon syndrome de l’imposteur ont été ardues mais j’ai fini par être à l’aise avec mes prix.

Alors pour de vrai, pour vous montrer ce que coûte réellement un de mes articles, je vous ai fait une petite démonstration avec la pochette à livre.

Sur les 11€ que vous payez en vous offrant l’une de mes jolies pochettes, 4€ me reviennent. Et c’est un peu la même chose pour tous les articles faits main de la boutique, je ne prends qu’environ un tiers du prix total.

  • Le coût du matériel englobe les tissus intérieurs et extérieurs, le thermocollant, la cordelette, la perle et le fil. Tout est calculé au cm près grâce à mon super tableau Excel. Cette part du prix est systématiquement réinvestie dans le renouvellement des matières premières. Je pourrais réduire mes coûts, mais acheter mon matériel à un prix humain et environnemental élevé ne m’intéresse pas. Ce serait un non sens total. Même si je n’ai pas le droit de le mentionner dans les fiches produits, il faudrait faire passer des tests à mes articles qui ne me sont pas encore accessibles financièrement, ils sont tous labellisés GOTS ou OEKO-TEX et sont tissés en Europe.

  • Le coût de l’emballage comprend le carton d’envoi, le papier de soie et la petite carte de remerciement que je vous glisse à l’intérieur. Le tout me coûte en moyenne 1€ par colis. Mais comme vous ne commandez rarement qu’un article à la fois ( la moyenne est d’environ 5 articles par commande), ce forfait est calculé en fonction du poids de l’article et me permet aussi de vous proposer des frais de port dégressifs. C’est tout un calcul mais ça me permet de ne pas perdre d’argent et de ne pas vous faire payer de frais de livraison en trop. Dans vos colis vous ne trouverez que le nécessaire, c’est peut-être moins jolie que si j’y mettais des jolies autocollants ou autres petites frivolités mais ça me permet surtout de réduire l’impact environnemental de mes envois et son coût financier.

  • La marge commerciale, souvent décriée quand on parle de grosses entreprises (et à raison pour certaines !) est vitale pour moi ! C’est un peu le salaire de La Demoiselle, et elle va me permettre de payer les factures liées à l’entreprise, la publicité, le remplacement du matériel abîmé et surtout de pouvoir vous offrir, de temps en temps des codes promos sans mettre en péril mon entreprise.

Je ne suis pas compétitive pendant les soldes mais ici aucun actionnaire

n’est arrosé au détriment de votre porte feuille !

La prochaine fois que vous verrez des -70% pendant des soldes

demandez-vous ou va cet argent en dehors de ces périodes et surtout

qui paye réellement pour que ça ne vous coûte que 30% du prix de base.


Alors, on ne va pas se mentir, je ne suis toujours pas millionnaire et à ce prix là je ne le serai probablement jamais 😂. Et ce n’est pas le but!

Une pochette équivalente fait à l’autre bout du monde affichera un prix beaucoup plus bas mais coûtera certainement très chère aux petites mains qui l’auront cousus. Je n’ose même pas penser au bilan carbone de ce genre d’article.

Quand vous achetez un article fait en France et à des petites entreprises vous payez pour avoir l’assurance de n’exploiter personne à l’autre bout de la planète, pour que votre article n’ait pas fait trois fois le tour du monde et bien sûr aussi pour la qualité du service ou des produits.

Je ne suis pas à plaindre, je me lève le matin avec plaisir pour travailler.

J’ai la chance de m’épanouir dans ce que je fais et de me sentir à ma place. Et c’est peut-être le souci, travailler est censé être contraignant dans l’imaginaire collectif. Et gagner de l’argent en faisant ce qu’on aime est presque vue comme honteux pour certains.

Mais la prochaine fois qu’on me dit que c’est trop cher, je pourrais bien répliquer que le fait main c’est comme ce plat qu’on vous a cuisiné, on ne dit pas j’aime pas mais ce n’est pas encore dans mes moyens.


176 vues0 commentaire